Formation

Retrouvez les principaux chiffres sur la formation dans la partie Tableaux de bord

Les effectifs en formation 2016-2017

  • Auteur : P. Le Gall, V. Chiron  (
  • Nbre pages : 8  (
  • Date : 09/2017

Les effectifs en formation dans les domaines spécifiques de la branche, qui étaient légèrement repartis à la hausse en 2015/2016, progressent nettement en 2016/2017 (+ 5,1 %), et notamment pour l’apprentissage (+ 9,0 %). 56 155 jeunes sont en formation sur l’année scolaire 2016/2017. La majorité des effectifs en formation se situe au niveau Bac professionnel (54,9 %) et dans la filière Maintenance Véhicules Particuliers (59,8 %).

>> Résumé de l'étude

Archives X

Les effectifs en formation 2013-2014

Auteur : C. Provost

Nbre pages : 72

Date : 06/2014

Au niveau national, à la rentrée 2013, ces formations spécifiques de la branche comptabilisaient 53 429 jeunes, dont 30 560 jeunes sous statut scolaire, 20 894 jeunes en contrat d’apprentissage et 1 975 jeunes en contrat de professionnalisation.

Cette rentrée se caractérise par un nouveau repli des effectifs en alternance : alors que les lycées stabilisent leurs effectifs (+0,3 % entre les rentrées 2012 et 2013), les effectifs en contrat d’apprentissage enregistrent une nouvelle baisse (- 7,9 % soit 1 793 jeunes en moins). Néanmoins, la part des jeunes en alternance parmi les salariés de la branche reste élevée, au regard des autres branches professionnelles (6,3 % parmi les salariés du CRA, contre 2,8 % tous secteurs - INSEE-DADS 2011).

Ces évolutions ont un lien certain avec la morosité économique du secteur en 2013, l’apprentissage étant fortement corrélé à l’activité économique des entreprises. Enfin, la mise en place du Bac professionnel trois ans et la suppression du BEP en 2009, ont modifié la répartition des effectifs par mode de formation : l’apprentissage semble être de plus en plus utilisé pour terminer ses études et le statut scolaire pour les débuter.

Les effectifs en formation 2012-2013

Auteur : C. Provost

Nbre pages : 70

Date : 04/2013

A la rentrée 2012, on comptabilisait 55 527 jeunes en formation. En 10 ans, sur le territoire national, les formations initiales automobiles ont perdu 24,3 % de leurs effectifs en formation : près de 55 500 jeunes sont formés, au cours de l’année scolaire 2012/2013, aux métiers des services de l’automobile. La rentrée 2012 se caractérise par une baisse importante des effectifs quel que soit le mode de formation. Les lycées enregistrent une baisse de 6% de leurs effectifs (soit près de 2 000 jeunes) tandis que les effectifs en apprentissage, après une stabilisation à la rentrée 2011, enregistrent une nouvelle chute (-9% soit 2 300 jeunes en moins).

Ces évolutions s’expliquent, pour les lycées, par une baisse démographique du nombre de jeunes de 16 ans et par la disparition de la spécificité automobile pour le Baccalauréat STI (- 800 jeunes). L’apprentissage apparaît fortement corrélé avec l’activité économique du secteur, qui reste incertaine en 2012. Enfin, la mise en place du Bac Pro 3 ans et la suppression du BEP en 2009, ont modifié la répartition des effectifs par mode de formation : l’apprentissage en CFA semble être de plus en plus utilisé pour terminer ses études et le statut scolaire pour les débuter.

Les effectifs en formation 2011-2012

Auteur : C. Provost, J. Gombault

Nbre pages : 72

Date : 04/2012

A la rentrée 2011, on comptabilisait 60 063 jeunes en formation. Depuis la rentrée 2002, les effectifs de ces formations sont en diminution : -18,1% entre les rentrées 2002 et 2011, soit près de 12 250 jeunes en moins. Si cette baisse concerne tous les modes de formation entre 2005 et 2009, seuls les effectifs en apprentissage continuent de diminuer jusqu’à 2010 pour se stabiliser à la rentrée 2011 (-0,1% entre 2010 et 2011). Ce décalage s’explique à la fois par une situation économique moins favorable depuis 2002, qui impacte plus directement l’apprentissage que le statut scolaire, et par une baisse démographique importante.

Statistiquement, les effectifs sous statut scolaire enregistrent une nette diminution entre les rentrées 2010 et 2011 (-2,8%) mais elle s’explique en grande partie par l’arrêt du dénombrement du Baccalauréat STI qui perd sa spécificité automobile à la rentrée 2011 (-1 044 jeunes).

Les effectifs en formation 2010-2011

Auteur : P. Le Gall

Nbre pages : 72

Date : 03/2011

A la rentrée 2010, on comptabilisait 60 963 jeunes en formation. Après un pic à la rentrée 2002, les effectifs en formation dans la filière automobile sont en diminution : -16,8% entre les rentrées 2002 et 2010, soit 12 350 jeunes. Cette baisse impacte plus fortement l'apprentissage (-27,5%) que le statut scolaire (-6,0%), qui enregistre une augmentation de ses effectifs cette année (+1,8%), alors qu’ils baissaient depuis la rentrée 2006. Ce décalage s'explique à la fois par une situation économique moins favorable depuis 2002, qui impacte plus directement l'apprentissage que le statut scolaire, et par une baisse démographique importante. Selon les projections démographiques de l’INED (Institut National des Etudes en Démographie), il faudra attendre 2011 pour voir la population des jeunes de 16 ans augmenter de nouveau.

Malgré ces éléments de conjoncture, la filière de formation automobile continue à se diversifier par de nouvelles certifications de Branche (CQP Vendeur motocycles, CQP Technicien confirmé véhicules utilitaires et industriels, CQP Contrôleur technique VL) et par une élévation du niveau de qualification avec l'ouverture du diplôme d'ingénieur "Maintenance de véhicules, option automobile".

Les résultats aux examens en France connaissent une évolution constante depuis 2001 et demeurent élevés : le taux de réussite global est de 80,1 % en 2010

Les effectifs en formation 2009-2010

Auteur : C. Provost

Nbre pages : 74

Date : 06/2010

A la rentrée 2009, on comptabilisait 61 357 jeunes en formation. Après un pic à la rentrée 2002, les effectifs en formation dans la filière automobile sont en diminution : - 16,3 % entre les rentrées 2002 et 2009, soit près de 12 000 jeunes. Cette baisse impacte plus fortement l’apprentissage (- 24,3 %) que le statut scolaire (- 7,5 %) qui n’enregistre une réduction de ses effectifs que depuis la rentrée 2006. Ce décalage s’explique à la fois par une situation économique moins favorable depuis 2002 qui impacte plus directement l’apprentissage et par une baisse démographique importante. Selon les projections démographiques de l’INED, il faudra attendre 2011 pour voir la population des jeunes de 16 ans augmenter de nouveau.

Malgré ces éléments de conjoncture, la filière de formation automobile continue à se diversifier par de nouvelles certifications de Branche (CQP Agent d’opération location) et par une élévation du niveau de qualification avec l’ouverture du diplôme d’ingénieur « Maintenance de véhicules, option automobile ».

Les résultats aux examens en France apparaissent stables depuis 2001 et restent assez élevés : le taux de réussite global est de 78,5 % en 2009.

Les effectifs en formation 2008-2009

Auteur : C. Provost

Nbre pages : 76

Date : 06/2009

A la rentrée 2008, on comptabilisait 64 820 jeunes en formation. Pour l’année scolaire 2008/2009 la chute des effectifs amorcée à la rentrée 2003 se poursuit : -2 978 jeunes soit une baisse de -4,4% par rapport à la rentrée 2007. Depuis la rentrée 2002, ce sont 8 493 jeunes en moins dans la filière automobile.

Si cette baisse impacte depuis la rentrée 2006 à la fois le statut scolaire et l’alternance, l’évolution par filière des effectifs en formation n’est pas identique : d’une part, les filières « Carrosserie-Peinture » et « Véhicule Particulier » poursuivent leur baisse entamée à la rentrée 2003 ; d’autre part, la filière « Cycle et motocycle » qui depuis 2001 est plutôt stable, enregistre pour la première année une baisse significative de ses effectifs (- 242 jeunes, soit -5.4%). Enfin, la filière « Véhicule industriel », malgré une légère baisse à la rentrée 2008, reste stable (-1,7% entre les rentrées 2002 et 2008).

Les résultats aux examens, quant à eux, apparaissent stables depuis 2001 et restent assez élevés : le taux de réussite global est de 79,3 % en 2008.

Les effectifs en formation 2007-2008

Auteur : C. Provost

Nbre pages : 75

Date : 10/2008

A la rentrée 2007, on comptabilisait 67 798 jeunes en formation dans la branche des services de l’automobile en France. Pour la 5ème rentrée consécutive, leur volume décroît. Alors qu’à la rentrée 2002, les effectifs de la branche s’équilibraient entre le statut scolaire et l’alternance, force est de constater que l’apprentissage subit cette baisse de plein fouet : les CFA perdent 2 774 jeunes entre les rentrées 2003 et 2007 soit une baisse de 8,5 %, alors que les lycées n’enregistrent une baisse de ses effectifs que depuis la rentrée 2006. Ce décalage s’explique à la fois par une situation économique moins favorable depuis 2002 qui impacte plus directement l’apprentissage et par une baisse démographique importante.

Néanmoins, si le volume de jeunes en formation dans la branche diminue, ils sont de plus en plus nombreux à poursuivre leurs études après un diplôme de niveau V.

Le taux de réussite aux examens de la branche est encore très élevé pour la session 2007 : 77,2%.

Les effectifs en formation 2006-2007

Auteur : C. Provost, E. Bugeon

Nbre pages : 74

Date : 05/2007

A la rentrée 2006, on comptabilisait 68 565 jeunes en formation dans la branche des services de l’automobile qui comprend les filières de la « Maintenance Réparation Véhicule Particulier », de la « Maintenance-Réparation du Poids Lourd », du « Cycle et Motocycle », de la « Carrosserie-Peinture », de la « Vente de Pièce de Rechange » et du « Commerce de Véhicules ».

En France, les effectifs ont diminué de 6,5 % entre les rentrées 2002 et 2006. Pour l’année scolaire 2006/2007, la baisse se poursuit : - 720 jeunes soit une baisse de 1,0 %. Le statut scolaire, qui jusqu’alors se maintenait, enregistre sa première baisse depuis 2001 (- 1,1 % entre les rentrées 2005 et 2006, soit - 388 jeunes). Les effectifs en contrat d’apprentissage, qui depuis 2003 ne cessaient de diminuer, voient leur volume stagner (- 0,4 % entre les rentrées 2005 et 2006, soit - 135 jeunes).

Les résultats aux examens, quant à eux, sont de 76,4% pour la session 2006.

A noter qu’en 2006, le groupe de travail de l’ANFA a choisi de supprimer du comptage des effectifs en formation 3 diplômes hors branche : le Bac pro Carrosserie-option construction, le BTS conception et réalisation de la Carrosserie  et le BTS Moteur à combustion interne n’étant plus comptabilisés à la rentrée 2006, les effectifs des années précédentes ont été réajustés en fonction de cette nouvelle disposition afin de pouvoir établir des comparaisons.

Les effectifs en formation 2005-2006

Auteur : C. Provost, B. Jacques

Nbre pages : 77

Date : 02/2006

A la rentrée 2005, on comptabilisait 69 930 jeunes en formation dans la branche des services de l’automobile. Les formations de l’automobile préparent les jeunes à la maintenance automobile mais aussi celle des cycles, motocycles et poids lourds, à la carrosserie et à la peinture, à la vente de pièces de rechange et au commerce de véhicules.

Au niveau national, les effectifs ont diminué de 3,9 % entre les rentrées 2001 et 2005. Pour l’année scolaire 2005/2006 la chute des effectifs est freinée par rapport à l’année 2004/2005 mais se poursuit : - 629 jeunes soit une baisse de 0,9 %. À la rentrée 2005, le statut scolaire se maintient toujours (- 0,1 % entre 2004 et 2005) et les effectifs en apprentissage continuent leur baisse (- 736 jeunes par rapport à 2004 soit une baisse de 2,4 %). La baisse du nombre d’apprentis concerne toujours essentiellement le niveau V et surtout le CAP (- 18,5 % entre 2001 et 2005 et - 6,9 % entre 2004 et 2005).

Les résultats aux examens restent stables et assez élevés (73,9% de réussite au national à la session de 2005).

Les effectifs en formation 2004-2005

Auteur : C. Provost, J. Gombault

Nbre pages : 79

Date : 10/2005

A la rentrée 2004, on comptabilisait 70 559 jeunes en formation. Si les effectifs ont fortement progressé depuis le début des années 90, principalement en raison du développement des filières,  (Véhicule Particulier, Cycle et Motocycles, Véhicule Industriel, Carrosserie), la baisse des effectifs, amorcée à la rentrée 2003 se confirme. Si jusqu’alors les effectifs s’équilibraient entre le statut scolaire et l’alternance, à la rentrée 2004, l’écart se creuse : d’une part, les effectifs en lycée se maintiennent (+ 1,0 % entre 2002 et 2003 et + 0,9 % entre 2003 et 2004) et d’autre part les effectifs en alternance continuent leur chute. La baisse du nombre d’apprentis (- 7,1 % entre 2000 et 2004 et - 6,0 % entre 2003 et 2004) concerne exclusivement les diplômes de niveau V et surtout le CAP.

Les résultats aux examens sont stables et assez élevés (73,4% de réussite au national à la session de 2004).

Les effectifs en formation 2003-2004

Auteur : C. Provost, V. Chiron

Nbre pages : 79

Date : 06/2004

A la rentrée 2003, on comptabilisait 72 458 jeunes en formation. Après un pic à la rentrée 2002, on assiste à un renversement de tendance avec une diminution du nombre de jeunes en formation (-1 813 jeunes soit -2,4%). Cette baisse concerne essentiellement l’apprentissage (-1 945 jeunes soit -5,6%) alors que les effectifs en lycée se maintiennent entre les 2 rentrées (+1,0%). La chute du nombre d’apprentis n’est pas homogène selon le niveau de formation et concerne exclusivement le niveau V et surtout le CAP (-1 966 jeunes, soit -9,5%). Dans le même temps, le volume de jeunes préparant un Bac professionnel continue de progresser et ceci quelque soit le mode de formation.

Les résultats aux examens dans les formations automobiles apparaissent particulièrement élevés, puisque le taux de réussite global est de 74,1 %. Il convient de souligner que les meilleurs résultats sont obtenus par la voie de l’alternance et surtout en contrat de qualification, particulièrement lorsque ceux-ci préparent à des titres de branche (CQP).

Les effectifs en formation 2002-2003

Auteur : C. Provost

Nbre pages : 51

Date : 12/2002

A la rentrée 2002, on comptabilisait 74 271 jeunes en formation. Au niveau national, les effectifs s’équilibrent entre le statut scolaire et l’alternance. Leur volume croît entre les rentrées 2001 et 2002 (+3,0%) et ceci quelque soit le mode de formation. Les formations de l’automobile préparent aux métiers de la maintenance mais également aux métiers du cycle, du motocycle, du poids lourd, ainsi qu’aux métiers de la carrosserie, de la vente de pièces de rechange et du commerce de véhicules. C’est dans la filière « Véhicules Particuliers » que le volume de jeunes est le plus important (43 293 jeunes, soit près de 60% des effectifs de la branche). La répartition des effectifs par niveau de formation s’articule ainsi : 73,5% pour le niveau V (qui comprend le CAP, le BEP, la Mention Complémentaire et certains CQP), 22,5% pour le niveau IV (BAC PRO, Bac Techno et certains CQP) et 4% pour le niveau III (BTS).

Les résultats aux examens, quant à eux, restent stables et assez élevés : le taux de réussite global est de 72% en 2002.

Les effectifs en formation 2001-2002

Auteur : C. Provost

Nbre pages : 50

Date : 12/2001

A la rentrée 2001, on comptabilisait 72 075 jeunes en formation, dont 49% sont formés sous statut scolaire, 46% par la voie de l'apprentissage et 5% en contrat de Professionnalisation. Leur volume croît entre les rentrées 2000 et 2001 (+0.3%) quelque soit le mode de formation. Cette progression, observée depuis les années 90, est principalement due au développement des filières (Véhicule Particulier, Cycle et Motocycles, Véhicule Industriel, Carrosserie). Le niveau V, composé des CAP, BEP, MC et de certains CQP, représente près de 75% des effectifs formés aux métiers de l’automobile. Le BEP est principalement préparé en lycée (72% des BEP) alors que le CAP est préparé à 87% en CFA. Le BTS reste le diplôme le plus élevé de la branche des services de l’automobile et représente 2 649 jeunes.

Les résultats aux examens, quant à eux, restent stables et assez élevés : le taux de réussite global est de 74% en 2001.

Les activités des mécaniciens et techniciens dans les ateliers de mécanique automobile en 2012

  • Auteur : J. Gombault, M. Varlet, P. Le Gall  (
  • Nbre pages : 56  (
  • Date : 12/2012

Cette étude, menée en novembre 2011, est préalable aux rénovations de CAP et de Bac Pro en mécanique automobile options Véhicule Léger (VL), Véhicule Industriel (VI) et Motocycle afin de disposer d’éléments de terrain permettant de construire les Référentiels d’Activités Professionnels (RAP).

>> Résumé de l'étude

L’Observatoire a cherché à identifier la façon dont sont réparties les tâches et les activités dans un atelier de mécanique automobile aujourd’hui quels que soient les présupposés sur les niveaux de formation voire l’expérience professionnelle. Ainsi, l’observatoire a interrogé 500 chefs d’ateliers afin d’identifier l’organisation de l’activité de 1216 mécaniciens et techniciens. L’objectif visé par la collecte de la répartition exhaustive des activités réalisées par chaque compagnon d’atelier est de pouvoir identifier des profils de métiers différents. L’idée étant de partir de la répartition réelle des activités pour définir ex post les activités adaptés à différents profils.

Archives X

Les activités des premiers niveaux de qualification en maintenance automobile

Auteur : J. Gombault

Nbre pages : 65

Date : 03/2003

Pour les trois quarts des entreprises, l’entretien est la première activité réalisée par les premiers niveaux de qualification, la fiabilité des véhicules interfère les activités traditionnelles de mécanique lourde.

Diagnostic de premier niveau, recherche de panne, et relation clientèle sont des activités variables selon les types et les taille d’entreprise. L’informatisation croissante doit être prise en compte dans les rénovations de diplômes de niveau V. Les CAP sont formés par des très petites entreprises et sont très faiblement recrutés. Plus que leurs compétences elle-même, leur maturité par rapport à de précédentes générations issus du service militaire rend difficile leur insertion.

Les effectifs en formation et les résultats aux examens

  • Auteur : C. Provost  (
  • Nbre pages : 36  (
  • Date : 08/2006

Ce dossier propose une analyse qualitative et quantitative des effectifs en formation initiale dans la Branche des Services de l’automobile. Divers facteurs de la formation sont analysés tels que : les filières, les niveaux, les diplômes, les modes de formation, les résultats aux examens…

>> Résumé de l'étude

Ce dossier propose une analyse qualitative de l'évolution des effectifs en formation initiale dans la filière automobile entre les rentrées 2002 et 2005. Après un pic à la rentrée 2002, le nombre de jeunes en formation initiale dans la filière automobile est en diminution. Cette baisse impacte plus fortement l'apprentissage que le statut scolaire qui, après une nette progression, se stabilise à la rentrée 2005. Elle concerne également plus principalement les niveaux V (CAP, BEP, MC) comparativement aux niveaux IV et III (BAC PRO et BTS) dont les effectifs augmentent. L'évolution des effectifs est aussi contrastée selon les filières : si la filière "Véhicule Industriel" est en pleine croissance, la filière "Cycles et Motocycles" reste stable alors que la filière "Véhicule Particulier" diminue.

La dernière partie s'attache à faire un zoom sur les résultats aux examens par mode de formation, diplôme et filière de formation.

Archives X

Les effectifs en formation dans la filière automobile

Auteur : V. Chiron

Nbre pages : 32

Date : 06/2004

Depuis près d’une dizaine d’années, les effectifs en formation automobile bénéficiaient d’une progression importante, tant d’un point de vue quantitatif (augmentation du nombre de jeunes) que d’un point de vue qualitatif (développement des niveaux supérieurs, amélioration des résultats aux examens…).

Mais la rentrée 2003, avec 72 474 jeunes en formation, se caractérise par une baisse significative (- 2 %) dans cette filière de formation et particulièrement en apprentissage (- 6 %). La baisse des effectifs concerne principalement les CAP de l’apprentissage (en maintenance auto et en carrosserie). Si la filière automobile bénéficie d’une attraction élevée auprès des jeunes, ces derniers rencontrent des difficultés à trouver un maître d’apprentissage. Il semblerait que la baisse des effectifs proviennent moins d’une pénurie de jeunes (effet démographique modéré) que d’une pénurie d’entreprises souhaitant s’engager dans un contrat d’apprentissage. De plus le développement de la filière qui s’appuie sur la croissance du Bac pro contribue à dévaloriser les diplômes traditionnels de la branche à savoir le CAP et la MC qui enregistrent une baisse importante de leurs effectifs et contribuent, de fait, à remodeler la filière automobile.

La formation initiale dans les spécialités automobiles : Effectifs 2000/01, Résultats aux examens session 2000

Auteur : V. Chiron, B. Jacques

Nbre pages : 81

Date : 12/2000

L’année scolaire 2000/01, qui compte 71 876 jeunes, est une année charnière dans la filière automobile puisque les effectifs en alternance (50,6%) dépassent pour la première fois ceux du statut scolaire (49,4%). Pour la première fois également, le mode de formation par apprentissage obtient un taux de réussite aux examens supérieur à celui du statut scolaire.

La diminution des effectifs, amorcée en 1999 se poursuit (-1%) et concerne avant tout le statut scolaire (-3,4%) alors que les effectifs en apprentissage progressent légèrement (+0,7%). La baisse des effectifs en lycée est imputable à la baisse des BEP (sous l’effet des changements apparus dans la filière pièces de rechange et accessoire). Les filières en progression sont celles de la carrosserie (+3,8 %) et du cycle et motocycle (+4,4%). Cette année scolaire est aussi marquée par la fin du BP, dont les effectifs semblent s’être réorientés vers le Bac pro.

Les taux de réussite aux examens, de l’ordre de 71,8 % sur l’ensemble de la filière auto, continuent de progresser pour l’alternance (+1,9 points) alors qu’ils diminuent en lycée (-1,4 points). Cependant, les résultats aux examens varient davantage en fonction du diplôme qu’en fonction du mode de formation : pour chaque diplôme, les taux de réussite aux examens de ces deux dispositifs sont proches.

La formation initiale dans les spécialités automobiles 1999/2000

Auteur : V. Chiron, H. Camaret

Nbre pages : 0

Date : 10/2000

La formation initiale dans les spécialités automobiles 1998/1999

Auteur : V. Chiron, H. Camaret

Nbre pages : 0

Date : 09/1999

La formation initiale dans les spécialités automobiles 1996/1997

Auteur : V. Chiron, H. Camaret

Nbre pages : 0

Date : 09/1997

Le point sur le Brevet de Technicien Supérieur Maintenance et Après-Vente Automobile (BTS MAVA)

  • Auteur : J. Gombault  (
  • Nbre pages : 37  (
  • Date : 12/2004

Le présent rapport vise donc à cerner les contours des métiers liés au BTS MAVA. Il s’appuie sur la collecte et récupération d’une base de données de 422 situations d’anciens élèves de BTS MAVA VL, de 51 CV de titulaires de BTS MAVA, d’offres d’emploi ANPE, ainsi que sur les bases de données de l’observatoire (Appareil de formation, Effectifs, réussites aux examens, insertion).

>> Résumé de l'étude

Le présent rapport vise donc à cerner les contours des métiers liés au BTS MAVA. Il s’appuie sur la collecte et récupération d’une base de données de 422 situations d’anciens élèves de BTS MAVA VP, de 51 CV de titulaires de BTS MAVA, d’offres d’emploi ANPE, ainsi que sur les bases de données de l’observatoire (Appareil de formation, Effectifs, réussites aux examens, insertion).

Il identifie que les secteurs d’évaporation des jeunes BTS MAVA sont essentiellement les bureaux d’études, l’expertise et l’enseignement. Elle identifie que le principal métier des BTS MAVA dans les années qui suivent leur fin de formation est le métier de technicien mécanicien. Le rapport met en lumière les raisons d’une évaporation massive hors du secteur du CRA et évalue la mobilité géographique des BTS.

Les contrats de qualification (2001)

  • Auteur : S. Paboeuf, B. Jacques  (
  • Nbre pages : 4  (
  • Date : 12/2002
>> Résumé de l'étude

Archives X

Les contrats de qualification (2000)

Auteur : V. Chiron, B. Jacques

Nbre pages : 4

Date : 08/2001

Les contrats de qualification (1999)

Auteur : V. Chiron, H. Camaret

Nbre pages : 4

Date : 05/2000

Les contrats de qualification (1997)

Auteur : V. Chiron, H. Camaret

Nbre pages : 4

Date : 09/1998

L'alternance dans les services de l'automobile en 1998

  • Auteur : H. Camaret  (
  • Nbre pages : 57  (
  • Date : 05/1999

Ce dossier vise à examiner la situation des contrats de qualification dans les services de l’automobile : caractéristiques des contrats et des contractants, pratiques de maintien des jeunes, l’insertion des jeunes, phénomènes de rupture de contrats. Ce document s’appuie sur des données quantitatives transversales aux différents secteurs et sur une enquête spécifique menée par l’ANFA.

>> Résumé de l'étude

Les contrats en alternance représentent, dans la Branche des services de l’automobile un flux de 5 459 contrats en 1998, dont 76,2% étaient des contrats de qualification (parmi eux, 33% étaient des CQP). La Branche ne « pratique » pas l’alternance de la même façon que la moyenne de tous les secteurs d’activité : par exemple, les contrats de qualification sont d’une durée supérieure dans la Branche, ils sont davantage techniques et moins tertiaires. Les jeunes qui signent des contrats en alternance y sont plus jeunes et d’un niveau de formation initiale plutôt inférieur.

54,3% des jeunes ayant préparé un contrat de qualification ont été maintenus au sein de l’entreprise d’accueil à l’issue de leur formation. Le taux de rupture des contrats de qualification de la Branche, commencés en 1996, s’élève à 22,2%. Les motifs évoqués renvoient, du point de vue du chef d’entreprise, à des problèmes d’orientation, à la capacité des entreprises et des centres de formation à évaluer les motivations des jeunes. Les jeunes de leur coté remettent en cause les compétences des tuteurs, mais aussi l’articulation entre la formation et la situation de travail.

De fait, l’articulation et la coordination du triptyque jeune/centre de formation/entreprise, mais aussi un travail sur l’orientation des jeunes et la formation des tuteurs pourraient constituer des pistes d’amélioration du dispositif.

Les Certificats de Qualification Professionnelle dans la Branche

  • Auteur : V. Chiron, L. Esquiva  (
  • Nbre pages : 4  (
  • Date : 03/1999
>> Résumé de l'étude